Select Page

Comment le télescope spatial James Webb

a transformé l’astronomie cette année?

_____________

Grenouille de verre

⬆️HUBBLE Capture un “paysage” spectaculaire dans la Nébuleuse de Carina⬆️

Il y a un an, le télescope spatial James Webb a commencé son voyage dans l’espace. “JWST a été lancé le jour de Noël, il est un cadeau qui a mis six mois à se déballer”, a déclaré Jane Rigby, astronome à la NASA et scientifique du projet des opérations. À la différence de Hubble qui observe l’Univers essentiellement dans le spectre visible (celui que perçoit l’œil humain), le James Webb “voit” dans l’infrarouge. Un rayonnement que tout corps, des astres aux fleurs, émet naturellement.

À cette longueur d’onde, James Webb peut détecter les lueurs les plus faibles de l’Univers lointain (et donc ancien), percer le voile de poussière masquant la fabrique d’étoiles dans une nébuleuse stellaire ou encore analyser avec ses spectrographes l’atmosphère d’exoplanètes.

⬇️La Nébuleuse de Carina cette fois ci par JWST⬇️

Carina Nebula 2

Le télescope n’en est qu’à cinq mois de sa mission scientifique, et il transforme déjà l’astronomie. Les instruments du télescope lui ont permis de capturer des planètes, des étoiles et des galaxies auparavant inobservables – proches et lointaines.

James webb

Les premiers “tests de l’instrument pour les petites planètes rocheuses dans la + zone habitable +, potentiellement similaires à la Terre, sont spectaculaires”, déclare à l’AFP Lisa Kaltenegger, professeure d’astronomie à l’Université américaine de Cornell.

L’envol du James Webb à bord d’une fusée Ariane 5 fin 2021 a couronné une odyssée entamée par la Nasa il y a plus de 30 ans. Après plusieurs revers, dix milliards de dollars et le travail de 10.000 personnes, les 6,2 tonnes du télescope ont réussi une opération d’une complexité inédite. C’est sur le chemin vers sa position finale que le “Webb” a déployé un pare-soleil de la taille d’un court de tennis, puis les 6,5 mètres de diamètre de son miroir principal.

En septembre, JWST braquait ses miroirs sur la géante de glace, Neptune ! Avant JWST, a déclaré Heidi Hammel (astronome planétaire sur le programme JWST), les astronomes n’avaient jamais clairement observé le système d’anneaux de Neptune. Le vaisseau spatial Voyager a survolé Neptune en 1989, mais n’a pu capturer que les parties les plus brillantes des anneaux de la planète.

⬇️Sur cette image prise par JWST le 21/09/2022, on distingue les anneaux de Neptune, et plusieurs de ses 14 lunes connues. (Space Telescope Science Institut/ESA/WEBB/AFP)⬇️

Grenouille de verre
Grenouille de verre

Cette image fournie par la NASA le mercredi 21 septembre 2022 montre trois images côte à côte de Neptune. De gauche à droite, une photo de Neptune prise par Voyager 2 en 1989, par Hubble en 2021 et par Webb en 2022. © AP

protostar

Tandis que les télescopes plus anciens comme Hubble donnaient aux astronomes un aperçu de ce qui se passait, le JWST a élargi la portée du type de science possible. “C’est comme ouvrir un livre dont vous vouliez connaître la fin depuis longtemps mais que vous avez retenu de lire ce paragraphe de conclusion”, a déclaré Robertson, “et enfin voir l’histoire complète qui vous est révélée.

Jane Rigby, scientifique du projet des opérations du JWST, utilise également le télescope pour étudier les galaxies lointaines. Un phénomène naturel appelé lentille gravitationnelle amplifie la lumière des galaxies que Rigby observe – en combinant cela avec JWST, elle a pu couper à travers la poussière cosmique pour étudier comment les étoiles se forment dans ces galaxies. “Presque tout ce que nous faisons n’était pas possible avant ce télescope” .

⬅️ Webb capture l’image d’une protoétoile, le tout début d’une nouvelle étoile. La forme en “sablier” des nuages ​​de poussière et de gaz n’est visible qu’en lumière infrarouge, les longueurs d’onde dans lesquelles Webb est spécialisé.

Une question peut se poser : Pourquoi l’espace semble-t-il être une cible d’exploration plus importante que les océans ? Une partie de la réponse se résume à la facilité d’exploration. Bien sûr, il est difficile d’envoyer un vaisseau spatial, ou même une sonde, dans l’espace. Mais ce n’est pas non plus un simple allez retour à la piscine municipale que d’amener une personne au fond de l’océan.

“C’est vraiment un endroit difficile à travailler. À bien des égards, il est plus facile d’envoyer une personne dans l’espace que de l’envoyer au fond de l’océan. D’une part, la pression exercée par l’eau au-dessus est énorme. C’est l’équivalent d’une personne essayant de soutenir 50 gros porteurs.” Gene Feldman